Dans ce 16ème chapitre de la Chronique Giennoise “Choses et d’Autres”, Maître Jean-Claude Renard continue son ode aux Femmes de la Faïencerie, en la personne de l’innovante mais décriée Comtesse Cabarrus.

La Faïencerie recrute de nouveaux artistes en 1867. Ce sont des peintres et des sculpteurs de métier, souvent transfuges de faïenceries rivales telles que Choisy-le-Roi, Creil, Longchamp, Longwy, Lunéville, Montereau, Montigny-sur-Loing, Marlotte, Sarreguemines ou Vallauris.

On introduit la chromolithographie, puis la décalcomanie, sous émail, avec cuisson “au petit feu”. C’est une technique simple qui diminue les coûts de production.

Important vase en forme d’amphore à anses

Technique : application de pâte blanche sur pâte crue, émail transparent.

Décor : trompe-l’oeil branches et fleurs de lilas et de catalpas.

Signé Comtesse Cabarrus, situé à Gien et daté 1889.

Pièce unique.

La Comtesse Cabarrus apporte à la manufacture son savoir-faire et sa nouveauté créative. Elle invente une technique qui lui restera propre : elle utilise des pièces en pâte crue de la production courante, et y ajoute des branchages, feuillages ou fleurs en pâte blanche. Elle n’utilise qu’un émail transparent et rarement des émaux de couleur.


Commissaire-priseur à la retraite, expert judiciaire honoraire près la Cour d’Appel d’Orléans, Maître Jean-Claude Renard a exercé sa charge pendant 45 ans, à Gien puis à Drouot. Il a également publié de nombreux livres d’art sur les faïences de Gien, les arts de la table, les cuivres de cuisine, l’art de la fonte de fer et le mobilier. Ses conférences sont données dans toute la France. Maître Renard a rejoint la section “Patrimoine” de l’Office de Tourisme de Gien, et a répondu à notre proposition d’animer une chronique mensuelle sur les objets de collection, chronique qu’il a baptisé “Choses et d’Autres”. 
Photographies réalisées par François Zabaleta.

Thématiques

Marketing OT

À propos de Marketing OT

Récemment installée dans le Giennois, je me suis lancée dans cette aventure pour explorer la richesse culturelle et la beauté naturelle du territoire. Avec mon téléphone à portée de main, j'aime capturer des moments de la vie quotidienne et me promener pour découvrir les paysages qu'offre le territoire.

Ce contenu vous a été utile ?

Partager ce contenu