À 18 km de Gien, soit 55 minutes de vélo

Histoire

La petite commune tire son nom des deux rivières qui serpentent sur son territoire : la Vésine, qui faisait autrefois tourner plusieurs moulins (d’où le nom de « moulinet ») et le Slin, qui prend ici sa source. 

Au XIe siècle, le territoire de la commune était inclus dans l’immense domaine de l’Abbaye de Fleury, géré par les moines « défricheurs de l’ordre de Saint-Benoît. Philippe Ier, quatrième roi capétien, règne de 1060 à 1108 ; il est très présent dans la région de Lorris, proche du Moulinet, et s’adonne à des chasses royales. Faut-il trouver ici la raison de la dédicace de l’Eglise paroissiale à Saint-Philippe ? Son fils Louis VI dit « Le Gros » règne de 1108 à 1137. À l’instar de son père il promène la cour au gré des chasses et achète un domaine de quelques hectares aux moines de Saint-Benoît. Il le donne en apanage à Blanchard, un de ses favoris. Ce dernier sous le nom de Blanchard de Lorris, construit un château vers 1118. Bientôt, des vassaux viennent grouper leurs habitations et une petite agglomération se forme autour du donjon protecteur. Ce domaine deviendra, le village du Moulinet. 

Points d’intérêt

Dans le village du Moulinet sur Solin, la légende raconte qu’une célèbre hôte aurait habité le Château, dont il ne reste que les vestiges…

Les vestiges du Château de la Reine Blanche, ou Château du Moulinet : Blanchard de Lorris, favori du roi, le fait édifier en 1118 en pleine forêt. C’est un château fort entouré d’épaisses murailles avec des tours crénelées, protégé par un double fossé, un pont-levis avec herses et meurtrières. Cette véritable forteresse, qui deviendra la résidence principale de Blanchard de Lorris, sera redoutée jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. 

Il subsiste aujourd’hui une tour ronde à meurtrière, une partie du bâtiment principal réaménagée avec ses hautes cheminées, et les immenses fossés qui reçoivent l’eau de l’étang situé au-dessus du château.

Selon la tradition populaire, le Château du Moulinet, appelé « Château de la Reine Blanche » aurait été habité en 1154 par Blanche de Castille lorsque la cour du Roi Saint Louis séjournait à Lorris pour des chasses. La légende assure même que la Reine apparaitrait à minuit, sur les terres de la Bredaunière, accompagnée de ses demoiselles d’honneur, toutes vêtues de blanc.

Au Moulinet-sur-Solin, il y a deux sites Natura 2000 : la « Forêt d’Orléans » et la « Forêt d’Orléans et périphérie ».  

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones Spéciales de Conservation (ZCS) et de Zones de Protection Spéciale (ZPS).

« Dans les zones de ce réseau, les États membres s’engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d’habitats et d’espèces concernés, par le biais de mesures règlementaires, administratives ou contractuelles. L’objectif est de promouvoir une gestion adaptée des habitats tout en tenant compte des exigences économiques, sociales, et culturelles, ainsi que des particularités régionales et locales de chaque État membre. Les activités humaines ne sont pas interdites, dès lors que celles-ci ne remettent pas en cause significativement l’état de conservation favorable des habitats et des espèces concernés. »

Au Moulinet-sur-Solin, il y a trois ZNIEFF : l’« Étang de Courcambon » ; le « Massif forestier d’Orléans » et les « Pelouses acidiphiles de Fontaine Gandelan ». 

« L’inventaire des ZNIEFF (Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national. ».

L’Eglise du Moulinet-sur-Solin

L’Eglise Saint-Philippe et Saint-Loup : « Une église en perpétuelle rénovation »

Dès 1155 une église paroissiale existait sur la commune, vraisemblablement construite par les moines de Saint Benoît. Une source se trouverait sous l’église, ce qui est assez fréquent pour les édifices religieux, attachés à « l’eau, source de vie ». 

Après la Révolution l’église tombe en ruine. Elle est restaurée à plusieurs reprises : à partir de 1812, de gros travaux sont entrepris. En 1829 le curé de Montereau et le conseil municipal dressent le constat suivant : l’église tombe en ruines. 

Alors qu’en 1840 l’Eglise est déclarée reconstruite, en 1846 de nouveau problèmes sont constatés dans l’édifice : les voutes et le plafond sont en mauvais état et il ya des problèmes d’humidité. Plus tard en 1876, ce sont les piliers soutenant la cloche qui menacent de s’effondrer.

L’Eglise aura du être reconstruite par deux fois en l’espace de 40 ans. La toiture sera réparée en 1889 avant que n’apparaissent d’autres problèmes en 1892. 

En 1956 l’Eglise subit un important remaniement. 

À la fin des années 2000, la municipalité du Moulinet-sur-Solin constate les dégradations du temps sur l’Eglise. À la fin de l’année 2011, celle-ci sera fermée au public et des travaux débuteront en 2015 suite à l’obtention d’une subvention. Ils prendront fin en 2016.

Vous trouverez à l’intérieur de cet édifice :

  • Les fonts baptismaux
  • Une statue de Jeanne d’Arc près du Chemin de Croix
  • Une chaire en bois sculpté
  • La stalle

Notre impression

La petite Eglise jaune Saint-Philippe et Saint-Loup du Moulinet-sur-Solin est très bien refaite. 

Cette couleur lui donne une particularité lui permettant de se distinguer des autres églises du Giennois.

L’Église Saint-Philippe et Saint-Loup : Place de l’Église, 45290 Le Moulinet-sur-Solin

Ce contenu vous a été utile ?

Partager ce contenu