À 16 km de Gien, soit 50 minutes de vélo

Située au carrefour de la Sologne, du Berry et du Val de Loire, Coullons est une commune agréable qui a su se développer et conserver ses commerces tout en protégeant son aspect bucolique. Aujourd’hui la commune regroupe bon nombre de producteurs locaux et artisans du terroir :

Entre Coullons et la pêche… C’est une véritable histoire d’amour

En effet, le village compte de nombreux étangs de pêche :

  • Etang de l’Aquiaulne : étang géré par l’AAPPMA Les pêcheurs Giennois. Espèces qui peuvent y être pêchées : gardons, carpes, tanches, brochet. Float tube interdit. Pêche de la carpe de nuit interdite. Altitude : 135 mètres,  catégorie piscicole : 2ème, surface : 7,2 hectares. 5 parcours & 8 lieux pratiques.
  • L’Aquiaulne (cours d’eau) : cours d’eau d’une longueur de 35,97 kilomètres classé en première catégorie à cet emplacement. 5 parcours & 8 lieux pratiques
  • Etang de la Plancherotte (en plein centre-ville) : plan d’eau d’une surface de 5,23 hectares classé 2ème catégorie piscicole à cet emplacement. Altitude : 152 mètres, catégorie piscicole : 2ème, surface : 5,23 hectares. 5 parcours & 7 lieux pratiques.  
  • Etang de la Huttiere 
  • Etang de la Brosse 
  • Etang de la Charmille

À Coullons il y a un site Natura 2000 : la « Sologne »

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones Spéciales de Conservation (ZCS) et de Zones de Protection Spéciale (ZPS).

« Dans les zones de ce réseau, les États membres s’engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d’habitats et d’espèces concernés, par le biais de mesures règlementaires, administratives ou contractuelles. L’objectif est de promouvoir une gestion adaptée des habitats tout en tenant compte des exigences économiques, sociales, et culturelles, ainsi que des particularités régionales et locales de chaque État membre. Les activités humaines ne sont pas interdites, dès lors que celles-ci ne remettent pas en cause significativement l’état de conservation favorable des habitats et des espèces concernés. »

À Coullons il y a deux ZNIEFF : « la Prairie et aulnaie marécageuse de la Thielle » et « la Vallée de l’Aquiaulne ». 

« L’inventaire des ZNIEFF (Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national. »

Pratique

Aire de camping-cars

  • Aire de services municipale pour camping-cars (5 emplacements)

Aires de pique-nique

  • Aire de pique-nique de l’étang de la Charmille
  • Aire de pique-nique de l’Aquiaulne
  • Aire de pique-nique de l’étang de la Huttière
  • Aire de pique-nique de la Route d’Argent
  • Aire de pique-nique de la Plancherotte

Aires de jeux

  • Aire de jeux de l’étang de l’Aquiaulne
  • Aire de jeux de la Plancherotte

L’Église de Coullons

L’Eglise Saint Étienne de Coullons, surnommée « la Cathédrale de Sologne » est sans doute l’un des plus beaux édifices gothiques du Giennois.

Au XIe siècle, une église romane existait à l’emplacement de l’actuelle église ; celle-ci a été de nombreuses fois détruite par les anglais au cours de la Guerre de Cent ans, puis reconstruite.

Au XVe siècle, un terrible incendie brûle l’Eglise et 26 maisons attenantes ; il ne reste qu’une partie de la nef et du clocher, ainsi que la porte Saint Jean (visible de l’exterieur). Suite à cet évènement, le chœur et le sanctuaire actuels ont été bâtis, avec les deux chapelles latérales. Le travail fut achevé en 1549, comme en témoigne la date inscrite sur la clé de voute de l’entrée du chœur.

En février 1794, période de La Terreur, l’armée révolutionnaire marche sur Coullons. L’église a cependant été sauvé du saccage par l’abbé Clément, alors curé de la paroisse, qui eu l’idée de scier lui-même, et proprement, les têtes des statues et de remettre les clés de l’édifice au maire.

À noter : on remarque que les têtes des statues ont été remises avec un filet de ciment.

 En 1861, à la demande du Conseil de Fabrique, la municipalité vend une partie des terrains communaux pour financer l’agrandissement de l’église. La pose officielle de la première pierre date du 28 avril 1861 ; elle contenait l’inscription suivante sur une plaque de cuivre : « Napoléon III empereur Morin maire Preslier curé » (les uns en dessous des autres).

Le 23 avril 1862, l’édifice dédié à Saint Etienne est béni par l’évêque d’Orléans, Monseigneur Dupanloup.

Des concerts y sont régulièrement organisés aujourd’hui.

L’Eglise possède trois cloches :

  • Marius Charlotte, 774 kg, « bénite en 1875 curé Preslier maire Bourassin fonderie Bollée »
  • Joseph Clémentine, 276 kg
  • Marguerite Robert, qui datait de 1791 et refondue en 1910, « curé Berton fonderie Bollée bénite le 22 mai par l’archidiacre d’Allaines »

On découvre à l’intérieur de l’édifice les chapiteaux sculptés ainsi que tout le mobilier et les différentes oeuvres, acquis au fil du temps : 

  • Le grand retable de pierre, érigé en 1670, aujourd’hui classé.
  • Les statues en haut de centre, à chaque extrémité) : Saint Etienne dans son costume de diacre ; Saint Siennen et Saint Abdon, médecins grecs ; Saint Joseph tenant l’enfant Jésus par la main et Saint Jacques de Saxeau, ermite berrichon.
  • Les vitraux, entre autres : « L’Ascencion » ; « La rencontre avec Siméon » ; « Jésus à 12 ans enseigne au temple » et « Annonciation » ainsi que les vitraux du choeur : « Sainte Marguerite, Saint Etienne, Saint Genou et Saint André, La mère douloureuse ».
  • La Vierge 
  • La Bonne Dame de Coullons, offerte par la population en 1517 à la suite d’une épidémie de peste qui décima une grande partie des villageois. Elle a été retrouvée mutilée dans le jardin du presbytère, puis restaurée par une artiste locale, Jacqueline Mars, vers 1960-1970.
  • Le Christ en bois du XVIIème et la chaire en bois sculptée datant de 1681. Elle est ornée de 3 statues d’évangélistes, la 4ème (une statue de Saint Jean) a disparu au cours des transformations.
  • Le tableau du Rosaire peint par M.Tassin en 1645, restauré par M.Villoing en 1868, « La Vierge confie le chapelet à Saint Dominique en présence de Saint Etienne, Catherine de Sienne et Saint Pierre ».

Notre impression

À visiter !

N’hésitez pas à aller solliciter la dame qui s’occupe de l’entretien pour qu’elle vous raconte les histoires de l’église. 

L’Eglise Saint Etienne de Coullons, surnommée « la Cathédrale de Sologne », a un côté grandiose. Elle possède un très joli fronton qui a été refait et est joliment végétalisé.

L’Eglise Saint Etienne de Coullons : Rue Sergent Lelièvre, 45720 Coullons

Ce contenu vous a été utile ?

Partager ce contenu